lundi 11 juillet 2016

Eugénie, Impératrice, un destin à découvrir




Portrait de l'Impératrice Eugénie par Winterhalter
Eugénie les larmes aux yeux, voici un roman historique à découvrir cet été.

On connait tous les somptueux portraits de l’Impératrice Eugénie par Winterhalter. Ils montrent une femme très belle, au visage régulier et à l’élégance altière, magnifique dans ses robes à crinoline élaborées aux décolletés généreux. On connait finalement assez peu sa vie.

Nicole Descours, romancière de 96 ans, nous a habitués à des romans-passion. L’an dernier, elle a fait vivre le destin d’exception de Macé, femme de Jacques Cœur qui l’a accompagné fidèlement aussi bien dans ses succès que dans sa chute. Cette année, c’est à l’Impératrice Eugénie qu’elle s’intéresse, et surtout à la place qu’elle occupe dans l’histoire aux côtés de son mari l’Empereur Napoléon III.

Ce livre historique très documenté passe en revue la vie de Louis Napoléon Bonaparte et s’attache à éclairer cette époque chaotique et troublée, qui est aussi celle de la révolution industrielle et d’un foisonnement artistique.

Louis Napoléon Bonaparte est le fils d’Hortense de Beauharnais, elle-même fille de Joséphine de Beauharnais et adoptée par Napoléon Bonaparte. Elle a épousé Louis Napoléon, frère de Napoléon Bonaparte, devenant ainsi la belle-soeur de sa mère.


Banni comme tous les Bonaparte, il passe son enfance en exil en Suisse au château d’Arendenberg au-dessus du lac de Constance. Il adoptera d’ailleurs la nationalité suisse. Après une première tentative de coup d’état avorté il s’exilera à New York pour quelques mois.

Premier Président de la République à être élu au suffrage universel à la suite de la révolution de 1848, il deviendra empereur par le coup d’Etat du 2 décembre 1852 et régnera jusqu’en 1870.

Séducteur, c’est un homme à femme toujours prêt aux aventures, incapable de résister aux charmes d’une jolie femme, un travers qu’il gardera toute sa vie et qu’Eugénie supportera plus ou moins bien.

couverture du livre Eugénie les larmes aux yeux Eugénie n’apparait qu’en page 47 du livre, élégante amazone qui éblouit Napoléon dans sa tenue bleu vif lors d’une promenade à Satory quelques semaines avant le coup d’état du 2 décembre. 

Eugénie de Montijo, d’une grande famille espagnole, séjourne en France pour fuir la guerre civile et une épidémie de peste. Napoléon n’aura de cesse de la séduire, mais la belle Eugénie résistera un temps, jusqu’à la demande en mariage en bonne et due forme. Il l’épousera en 1853.

Courageuse, elle a toujours soutenu son mari dans son parcours politique et dans sa volonté de moderniser la France. Elle a assuré la régence à plusieurs reprises avec un certain sens politique.

On lui doit semble-t-il le canal de Suez puisqu’elle a présenté le projet de son cousin, Ferdinand de Lesseps à son mari qui se lancera dans ces travaux complexes.


La transformation de Paris par le Baron Haussmann sera une étape importante du règne de Napoléon III. Des travaux pharaoniques transformeront Paris en éliminant les anciens quartiers insalubres pour creuser des avenues majestueuses et offrir des logements modernes et spacieux. Le point d’orgue de cette rénovation de Paris sera la construction de l’Opéra par Charles Garnier, un lieu destiné à l’art et dont les statues de Carpeaux ont beaucoup choqué à l’époque par leur réalisme. Avec l’Empereur, Eugénie a rencontré à de multiples reprises le Baron Haussmann pour discuter des projets de modernisation de Paris.
 

Excellente cavalière, elle n’a pas cru bon d’arrêter de monter à cheval pendant sa première grossesse qui se soldera par une fausse couche. Puis, elle aura un fils, Louis-Napoléon qu’elle élèvera avec rigueur, dans l’objectif de succéder à son père.
Son cœur est à Biarritz où elle fait de fréquents séjours pour prendre des bains de mer.
Pendant tout le règne de Napoléon III, Eugénie s’est toujours montrée présente, elle s’est intéressée aux décisions et à la politique intérieure comme extérieure d’une façon moderne. Elle avait une réelle attention aux autres.

Elle rencontre la Reine Victoria au cours d’un séjour à Windsor et une relation d’estime et d’amitié profonde s’installera entre elles. Lorsqu’elle s’exilera en Angleterre après la défaite de Sedan et la rédition de Napoléon III  Guillaume II de Prusse en  1870, la Reine Victoria la soutiendra et la recevra à nouveau à plusieurs reprises. 

Après son exil, son fils Louis-Napoléon rejoindra une école d’artillerie, deviendra officier anglais. Il partira combattre dans l’armée anglaise en Afrique du Sud. C’est là qu’il trouvera la mort lors d’un combat contre les Zoulous. Son étrivière ayant cédée, il tombe de cheval et son corps sera criblé de 17 coups de sagaie des Zoulous. Eugénie ne se remettra jamais de la souffrance de la perte de son fils et partira même en Afrique du Sud se recueillir sur le lieu de sa mort.

Eugénie les larmes aux yeux, voilà une lecture d’été à dévorer sur la plage, pour en apprendre un peu plus sur cette période de formidable progrès qu’a été le Second Empire et sur le rôle qu’une épouse de chef d’Etat a pu tenir à cette époque.

L’Impératrice Eugénie reste indissociablement liée au règne de Napoléon III, ce qu’on sait moins, c’est qu’elle lui survivra plus de 57 ans et disparaitra à près de 95 ans, le 11 juillet 1920.

Et pourquoi ce titre d’Eugénie les larmes aux yeux ?
C’est la chanson que chantaient les soldats de la légion en partant au combat au Mexique, une expédition lancée sur la demande pressante de l’Impératrice pour installer un chef d'Etat plus favorables aux intérêts français.

Un petit regret toutefois sur ce roman. Il part de l’histoire de Napoléon III, il est vrai passionnante. On aurait aimé en savoir un peu plus sur le côté vie privée et vie de femme d’Eugénie. On suppose que son élégance et sa beauté en on fait une icône de mode et qu'elle a dû influencer les arts de l'époque.
Eugénie, les larmes aux yeux, de Nicole Descours, Editions Michel de Maule -  2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a plu ! N'hésitez pas à le commenter.