jeudi 28 janvier 2016

Le pot de départ



Le pot de départ : rite d’adieu ou nouveau départ ? C'est le thème de ce roman de Julien Aime.

couverture du livre le pot de départLe choc de la retraite, car c’en est un, commence par un pot de départ. C’est ce qui arrive à Jean Michel, 60 ans tout rond, cadre responsable de communication chez GD Suez.

Ce rite de passage, il le suit avec un étonnement désabusé.
Il fait suite à une série de vexations et de mise à l’écart si caractéristiques des fins de carrières et qui ont pour conséquence une prise de distance et un désintérêt pour son travail.

Le pot de départ, c’est « le bal des faux cul », un moment un peu ringard avec ses usages propres, ses codes et surtout la certitude qu’après cette longue mise au placard qui a précédé, on n’est guère regretté et que la vie professionnelle continue sans vous.

Prise de distance du monde du travail dont on ne fait déjà plus tout à fait partie, inquiétude face au gouffre de la retraite et de son inactivité, c’est un virage majeur de la vie à passer.

samedi 23 janvier 2016

Regard de senior sur des startuppers



affiche du salon du travail et de la mobilité professionnelle 2016


Ils ont des looks d’étudiants, mais ne vous y trompez pas. L’économie de demain repose peut-être sur leurs créations d’aujourd’hui.

Une assurance tranquille, une foi dans leur projet, la passion chevillée au corps et une maturité étonnante font de ces représentants de la génération Y des exemples à suivre.

Si certains font déjà plus de 1 million de chiffre d’affaires, d’autres sont encore dans la construction mais avec une constante, la foi dans leur projet et l’intime conviction que leur choix est le bon, même si le modèle économique n’est pas encore toujours bien défini.

Ce qui les unit, c’est leur « agilité », un terme à la mode aujourd’hui, et qui traduit leur façon de chercher, tomber, se relever, changer de modèle mais de toujours y croire et une familiarité avec les outils numériques pour ces digital natives.