jeudi 19 février 2015

L’ANAH pour vos travaux liés à la perte d’autonomie



Les plus de 50 ans sont de plus en plus sollicités par leurs parents en perte d’autonomie. Selon l’Institut Français des seniors, 75 % des plus de 50 ans, ayant encore leurs parents, les aident financièrement ou en leur accordant du temps. Pour améliorer leur quotidien l’ANAH met à leur disposition une subvention. Nous avons demandé à Assurance-tranquillité.fr de nous expliquer comment faire.

Comment obtenir une aide de l’ANAH ?

Tout d’abord, ANAH est l’acronyme de l’Agence Nationale de l’Habitat. Cet organisme dispense des aides financières pour des travaux effectués dans des habitations anciennes.

Pour bénéficier de cette subvention et donc financer une partie des travaux améliorant la mobilité de vos parents, les critères suivants sont à remplir :

·       Le logement doit avoir au minimum 15 ans et il doit être occupé au titre de résidence principale (occupé 8 mois par an minimum).

·       Les travaux effectués doivent porter sur la sécurité de l’habitat. C’est à dire que les travaux doivent rendre l’appartement sur et rassurant pour les personnes à mobilité réduite (handicapé ou personne âgée). Le logement va donc être adapté et accessible aux personnes peu autonomes grâce à des barres d’appui, des sols antidérapant, une douche confort, un ascenseur ou encore un agrandissement des portes.


·       Le bénéficiaire peut être le propriétaire occupant. Il s’agit de la personne occupant le logement. Les revenus du foyer ne doivent pas dépasser un certain plafond. L’ANAH prend en compte les revenus de l’année N-2. Cependant, si une forte baisse des revenus a eu lieu, vous pouvez présenter les revenus de l’année N-1. Si vos parents sont locataires, le bailleur peut effectuer les travaux d’amélioration et faire une demande de subvention auprès de l’ANAH mais le logement doit faire l’objet d’une convention de loyer maîtrisé. C’est à dire que le loyer doit être accessible aux personnes ayant un faible revenu.

·       Pour être éligible, l’ANAH distingue les foyers aux revenus modestes et les foyers aux revenus très modestes. Le montant de la subvention dépendra donc de la catégorie dans laquelle vous vous situez. Ci dessous, le tableau des ressources.


Nombre de personne dans le foyer
Revenus très modestes
Revenus modestes
Ile de France
Autres régions
Ile de France
Autres régions
1 personne
19 716 €
14245 €
24 002 €
18 262 €
2 personnes
28 939€
20 883 €
35 227 €
26 708 €
3 personnes
34 754€
25056 €
42 309 €
32 119 €
4 personnes
40579 €
29 271 €
49 402 €
37 525 €


Quelles sont les démarches ?


Dans un premier temps, vous devez faire réaliser les devis et plans en rapport avec les travaux envisagés.

Dans un second temps, vous devez remplir un formulaire que vous transmettrez à l’ANAH de votre département avec les documents demandés.

Ensuite, l’ANAH étudiera votre dossier et vous donnera une réponse positive ou négative. Si positive, la subvention vous sera versée quand les travaux seront terminés. Cependant, une avance des sommes est possible si les travaux ne sont pas encore entamés et que vous n’avez pas encore versé d’argent à votre prestataire. Un acompte est aussi possible si les travaux ont débuté.

Le calcul de la subvention se fait au cas par cas. De nombreuses variables sont étudiées et il n’y a pas de règle précise. Selon les plafonds fixés, l’aide peut représenter jusqu’à 50 % des dépenses de travaux.

Une fois la réponse positive obtenue, vous avez 3 ans (dès réception de l’avis favorable) pour réaliser les travaux. Les travaux doivent correspondre aux plans validés et doivent être fait par les professionnels ciblés.

Maintenant que vos travaux sont finis, il ne vous reste plus qu’à présenter les factures à l’ANAH qui vous versera la totalité de l’aide à laquelle vous avez le droit.

Quels sont les compléments de financement ? 


L’aide de l’ANAH peut atteindre jusqu’à 50 % du montant de vos travaux. Il vous reste donc, au minimum, 50 % du financement à trouver pour améliorer l’autonomie de vos parents. L’aide de l’ANAH peut être cumulé avec un prêt de la caisse de retraite, un prêt de la CAF et dans certains cas via un crédit d’impôt.

Vous pouvez également recourir, pour les sommes restantes, à un crédit travaux qui est plus avantageux qu’un prêt personnel. Le prêt travaux vous permettra de financer rapidement la partie des travaux à votre charge. Ce crédit à la consommation est disponible auprès d’un établissement bancaire. Cependant, faites attention car les taux d’intérêt peuvent fortement varier d’une banque à l’autre. Pour obtenir le meilleur taux, utilisez le comparateur crédit travaux ou rendez vous sur assurance-tranquillite.fr pour rentrer en relation avec un expert qui vous soumettra la meilleure offre.

Crédit photo : © Lionello Rovati - Fotolia.com


1 commentaire:

  1. Autrement, il y a aussi la possibilité de passer par un regroupement de crédits si un financement classique ne le permets pas. http://www.jeregroupemescredits.com/

    RépondreSupprimer

Cet article vous a plu ! N'hésitez pas à le commenter.