dimanche 6 mai 2012

J’ai testé le lombricomposteur sur mon balcon

Et oui, je l’ai fait et je n’en suis pas peu fière. Prise d’une soudaine lubie, j’ai acheté un lombricomposteur. Cela me trottait dans la tête depuis quelque temps.

lombricomposteur de balcon
C’est quoi un lombricomposteur, c’est juste une caisse remplie de vers et de terre qui transforme vos déchets en bon terreau. Le rêve non !

Il faut d’abord que je pose le contexte. Je ne suis pas spécialement écolo. Je n’aime pas le gaspillage, c’est tout, et si je peux faire un geste pour la planète sans que cela me demande trop d’effort, bien sûr, je le fais.

Le lombricompostage en ville

Quant à se lancer dans le lombricompostage citadin, il y a une marge … que j’ai franchie.

Me voilà équipée de cette caisse noire, pas si encombrante que cela. Un cylindre de 50 cm de diamètre et 60 cm de hauteur composée de trois étages. J’habite dans un immeuble en région parisienne, avec un simple balcon.

On m’a livré mes 250 g de lombric, grouillants dans un sac rempli d’un peu de terre. On a un moment de recul quand on ouvre délicatement ce sachet pour en poser le contenu sur une couche de terreau « sans engrais » s’il vous plait (pas facile à trouver dans les jardineries, il faut aller faire le plein dans une forêt voisine).

Il faut que les vers s’habituent doucement, car ils ont été stressés par le voyage, eh oui ! On les nourrit d’abord de quelques petites poignées de déchets organiques, accompagnées de papier journal humide, de coquille d’œufs et de marc de café. Au bout de 10 ou 15 jours, le processus s’installe et on peut les nourrir un peu plus. La terre se met à être remuée, comme labourée par les lombrics, ils commencent à se reproduire et on sent que tout va bien.

Comment fonctionne le lombricompostage
Cela vaut quelques scènes plutôt drôles. Chaque soir, je vais « voir mes pensionnaires » comme si c’était une volière d’oiseaux ou des lapins nains. C’est tout juste si je ne leur ai pas donné de petits noms ! Je soulève délicatement le couvercle pour voir que tout est en ordre, j’humidifie légèrement la terre s’il y a lieu et je vais me coucher heureuse du bonheur de mes nouveaux amis.

Ah, le coït du lombric au clair de lune, leur corps rouge s’agitant dans la glèbe pour travailler à faire un beau compost, c’est pas beau tout ça ! Mes enfants se moquent (gentiment !) de mes « lombrics de compagnie ».




Il y a aussi un autre grand moment d’émotion, c’est la première migration. Le premier panier est plein et il faut ajouter le deuxième étage. Les vers vont migrer par les petits trous pour s’attaquer à la nourriture disposée dans le deuxième plateau et le premier plateau va devenir un plateau d’affinage du compost. Il y a trois plateaux au total. Je n’en suis pas encore là et j’attends ce moment avec impatience.

Le compost : un engrais naturel pour le jardin

Résultat, plusieurs kilos de bon compost à mettre dans ses bacs à fleurs, ainsi qu’un liquide qu’on appelle « thé de compost » et qui, dilué dans 10 fois son volume d’eau, donne un excellent engrais.

Je pensais qu’on me prendrait pour une folle quand je raconte cela dans les « dîners en ville ». Pas du tout, j’ai droit à l’attention de tous et j’ai même fait plusieurs émules !

Parmi les questions habituelles :


Le lombricompostage, est-ce que cela sent mauvais ?


Non, au contraire, cela sent l’humus.

Que peut-on lombricomposter ?


Les déchets végétaux sauf oignon, agrumes et épluchures de pommes de terre (ça, c'est la mauvaise surprise, car les épluchures de pommes de terre, c'est ce qu'on produit le plus en général), le papier : essuie tout, boites à œufs, papier journal (pas de magazines papier glacé), des coquilles d’œufs, marc de café, sachets de thé …

Est-ce qu’on peut s’absenter ?

Pas de problème en théorie. Ils vivent très bien sans nous plusieurs jours. Il existe même des aliments « spécial vacances » pour leur donner. En revanche, il y a eu des pluies torrentielles ces derniers temps et j’ai retrouvé mon bac rempli d’eau avec mes lombrics « en détresse » sur un ilot de détritus. La mère nourricière que je suis maintenant pour ces petites bêtes a pris les choses en main pour les mettre au sec rapidement.

Pour en savoir plus, il y a beaucoup d’informations sur internet.

Voici quelques sites :

J'ai acheté mon lombricomposteur chez LombricomposteurEco.com

Vous en trouverez aussi à la ferme du Moutta . Le site Lombricomposteureco.fr  donne d'excellents conseils sur l'utilisation d'un lombricomposteur au quotidien. .

Quelques chiffres sur le lombicompostage


Chaque Français produit 360 kg d’ordures ménagères par an. Près de 30 % de ces déchets peuvent être recyclés. Chaque lombric consomme quotidiennement l'équivalent de son poids. 3 kg de déchets font environ 1 kg de compost.

Sur ce thème, vous pouvez lire aussi :


Lombricoposteur sur mon balcon : 1 an après

Que faire de son lombricomposteur pendant l'été

3 commentaires:

  1. Bonjour,

    c'est avec plaisir que j'ai lu cet article qui résume bien tout le processus. Continuez dans cette voix et continuer à bien vous occuper de vos nouveaux pensionnaires.

    Lombricompostement vôtre.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Merci pour ces informations.
    Les vers de terre survivent-il sur le balcon, lorsque l'hiver arrive avec ses températures basses ?

    RépondreSupprimer
  3. Bien sûr. Si il fait très froid (en dessous de zéro) on peut le couvrir d'une vieille couverture. Ce qui est important, c'est que votre lombricomposteur soit protégé de la pluie, car ces petites bêtes ne sont pas du tout championnes de natation et n'aiment pas, mais pas du tout l'eau.

    RépondreSupprimer

Cet article vous a plu ! N'hésitez pas à le commenter.