vendredi 28 avril 2017

Auxivision : une appli pour faciliter la vie des malvoyants

femme senior utilisant une tablette
La vision évolue avec l’âge, on le sait tous. La presbytie est l’un des premiers signes de vieillissement, mais il arrive que se développent des pathologies oculaires comme la DMLA, (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age), le glaucome, dû à une trop forte pression oculaire, la cataracte, qui est une opacification du cristallin, la rétinopathie diabétique qui endommage la rétine…

La vue est alors atteinte et la vie devient autre. Il faut s’adapter à une déficience visuelle plus ou moins importante dans tous les actes de la vie quotidienne.

Que l’on soit touché soi-même, où que ce soit un proche, c’est alors la course aux informations pour trouver les adresses, les associations, les infos pratiques et organiser sa nouvelle vie.

Streetlab, filiale de l’Institut de la Vision dirigé par le Professeur Sahel à Paris, vient de lancer Auxivision, une application destinée aux malvoyants et à leurs proches.

Cette application très complète réunit tout ce qu’il faut savoir et tout ce qui peut être utile aux malvoyants et à leurs aidants.

La première partie est gratuite et donne des informations généralistes sur les amétropies, les pathologies oculaires. La plupart de ces informations sont d’ailleurs utiles pour tous : savoir comment fonctionne un œil, ce qu’est un œil myope ou la presbytie ou comment lire une ordonnance  …

vendredi 21 avril 2017

Réserver son rendez-vous médical sur le web, c'est si simple !

femme senior et son smartphoneFaites-vous partie des 31 % de Français qui ont testé la prise de rendez-vous médical sur le web ?

Si c’est le cas, vous avez pu apprécier de trouver un médecin sans délai et près de chez vous, en quelques clics, sans avoir à appeler aux heures d’ouverture du cabinet, voire plusieurs fois parce que la ligne est occupée ou que vous tombez sur le répondeur.

Cela fonctionne même pour les spécialités les plus recherchées comme l’ophtalmologie où il n’est pas rare de se voir fixer un rendez-vous chez son spécialiste habituel … dans six mois pour un simple renouvellement d’ordonnance de lunettes.

Mondocteur.fr, l’un des leaders de la prise de rendez-vous sur le net a récemment publié le Baromètre de la Santé numérique, une étude très intéressante sur ce nouveau moyen de gérer ses rendez-vous médicaux.


25 millions de rendez-vous médicaux via le web en 2017

Mais dépêchez-vous de lire cet article, car tout change très vite et les chiffres d’aujourd’hui risquent d’être dépassés demain. Il y a seulement trois ans, cette prestation n’existait pas ! En 2016, 4 millions de patients ont utilisé ce service et on attend 25 millions de rendez-vous pris sur le web en 2017.

Aujourd’hui, 54 % des Français connaissent la prise de rendez-vous en ligne et ce n’est pas une spécialité pour bobo parisiens, puisque certaines régions comme le Grand Est ou la Bretagne connaissent bien et utilsent ce système.

jeudi 19 janvier 2017

Seniors : Vous avez dit fracture numérique ?

les aînes et l'informatique
Gros débat sur les seniors. Sont-ils digitaux, ou non ?

Senior mais pas trop a récemment abordé le sujet pour conclure qu’internet, les seniors connaissent.
Ils y passent d’ailleurs plus de 13 h 15 par semaine, soit une heure de plus que le reste de la population.

Mais comme chacun sait, il n’y a pas un type de seniors, mais une multitude de profils. Les plus âgés ont parfois du mal à se familiariser avec ce nouvel outil qu’est l’ordinateur. Si il y a une fracture numérique, elle se situe aujourd’hui aux alentours de 75/80 ans.  

Brice Alzon, directeur de la MDSAP (Maison des Services A la Personne) connait bien la problématique des seniors, puisque qu’il est spécialisé depuis 2006 dans les services à la personne.

En côtoyant les seniors, il s’est vite aperçu qu’il y avait des besoins d’aide et d’assistance informatique pour une population qui n’a pas été familiarisé à l’utilisation de l’ordinateur dans sa vie professionnelle.

mardi 13 décembre 2016

Vision et audition au travail après 50 ans

enquête sur la vision et l'audition des plus de 50 ans au travailTravailler plus longtemps, c’est une réalité que les candidats à la présidentielle nous rappellent en ce moment. Il faut s’y résigner. Selon les derniers chiffres de la Dares, en 2015, 48,7 % des 55-64 ans ont un emploi en France et ce chiffre, encore très au-dessous du taux d’emploi d’autres pays d’Europe du Nord, devrait encore augmenter.

L’altération de la vision et de l’audition avec l’âge et ses impacts sur le travail ont été jusque là peu explorés. Optic 2000  et Audio 2000 se sont penchés sur la question avec leur Observatoire de la Santé visuelle et auditive. Des spécialistes ont contribué à ce dossier : ophtalmologiste, ORL, médecin du travail, sociologue et ergonome.

La vision et l’audition sont deux sens majeurs qui sont altérés par le vieillissement.
Aujourd’hui, on sait que garder ses capacités sensorielles opérationnelles est l’un des garants d’un vieillissement en bonne santé. C’est aussi un atout pour rester performant dans son travail.

L’enquête sur la vision et l’audition au travail


L’Observatoire de la santé a mené une enquête auprès de 1000 actifs de plus de 50 ans.
93 % d’entre eux déclarent ressentir des troubles de la vision, 76 % ressentent des gênes visuelles occasionnelles et 9 %, (soit près de 1 sur 10 !), déclarent des pathologies oculaires (cataracte, glaucome, DMLA …). Pour 27 % d’entre eux, les lunettes ne sont plus adaptées à leur vue.

Du côté de l’audition, 41 % ressentent des gênes auditives, 30 % affirment souffrir de troubles de l’audition et parmi ceux-ci, 90 % ne sont pas équipés en aide auditive.

Même si cette enquête est déclarative, ces chiffres sont édifiants et laissent penser que vision et audition ne sont pas aujourd’hui les thèmes majeurs de la santé au travail.

lundi 14 novembre 2016

La sophrologie pour bien dormir - J'ai testé

couverture du livre ma méthode de sophrologie pour bien dormir
Un tout nouveau livre vient de paraître : Ma méthode de sophrologie pour bien dormir.

Insomniaque depuis de longues années, il n’en fallait pas plus pour me donner envie de tester cette méthode.

Les réveils au milieu de la nuit, je connais.
Je sais occuper ces moments dans le silence de la nuit, entre envie de replonger dans le sommeil dans l’angoisse du lendemain, et celle de profiter de ces quelques heures rien qu’à moi.

On en fait des choses quand on se réveille la nuit !

On peut occuper son temps de choses agréables :
Lire, tweeter avec le monde qui ne dors pas, de l’autre côté du globe (oui, je sais, ce n’est pas bien pour le sommeil !), réfléchir, rêvasser …

Ou moins agréable :
Ruminer les soucis de la veille et ceux du lendemain, se retourner frénétiquement pour tenter de retrouver le sommeil, maudire son conjoint qui dort paisiblement à côté de soi alors qu’on est parfaitement éveillé avec le cerveau qui tourne à 300 à l’heure.

Je connais aussi les réveils hagards, sans avoir son quota de sommeil, quand il faut encore aller travailler. C’est de plus en plus difficile à supporter avec les années.

L’insomnie, un problème de santé majeur

20 à 30 % de la population se plaint de mal dormir et 77 % des personnes en activité déclarent se réveiller la nuit.

jeudi 29 septembre 2016

Aide auditive : j’ai sauté le pas !

Louis a 65 ans. Voici deux ans qu’il porte une aide auditive dont il est très satisfait aujourd’hui.
On connait les résistances pour porter un appareil auditif. Qu’est-ce qui lui a fait sauter le pas ? Comment se déroule l’adaptation à un appareil auditif, combien ça coûte. Voilà une interview où on vous dit tout ce qu’il y a à savoir pour tirer le meilleur de son audition après 60 ans.

Senior mais pas trop : Comment vous êtes-vous aperçu que vous entendiez moins bien

les aides auditives sont désormais quasi invisibleCela faisait un moment que je faisais répéter, que mes enfants me disaient que j’écoutais la musique trop fort (chacun son tour ! c’est un juste retour des choses). Je n’entendais plus la sonnette de l’appartement et j’ai manqué plusieurs livraisons. Dans les restaurants ou les dîners chez les amis, je me suis surpris à acquiescer quand on s’adressait à moi, sans comprendre un traître mot de ce qui m’était dit.
Tout cela est très inconfortable mais je vivais avec, sans faire le lien entre tous ces signaux et sans envisager d’acheter une aide auditive.
Un jour, au cinéma, j’ai mal compris un mot et j’ai complètement perdu le fil de l’histoire. Curieusement, c’est cela qui a été le déclencheur de ma décision de m’équiper.

Quelle a été votre démarche alors,

J’ai pris un rendez-vous chez l’ORL et celui-ci m’a confirmé la nécessité de porter un appareil auditif car j’avais une perte des aigus, ce qui est parait-il normal à mon âge. On appelle ça la presbyacousie. L’ordonnance dans la poche, j’ai encore attendu plusieurs mois avant d’aller chez l’audioprothésiste. Je n’étais pas encore prêt.
Mais je suis devenu plus réceptif à ce qui se disait sur l’audition, sur les nouveautés, sur le fait que les appareils se miniaturisaient et devenaient très discrets.

J’ai alors poussé la porte d’un audioprothésiste. Là, j’ai été très bien accueilli et j’ai eu la sensation d’être entendu. Je me sentais trop jeune pour avoir un gros appareil inesthétique derrière l’oreille. Comme beaucoup d’hommes, je suis chauve et il était donc impossible de dissimuler un appareil sous mes cheveux.

jeudi 22 septembre 2016

Les seniors d’aujourd’hui : ils sont heureux, et digitaux !

un senior commande sur internet
L’observatoire des 55-75 créé par Bleu-bonheur.fr vient de présenter les résultats d’une étude* réalisée par l’Ipsos pour décrypter l’état d’esprit des 55-75 ans et comprendre leur consommation digitale.

Il est toujours intéressant de faire un arrêt sur image de ce que sont les seniors aujourd’hui.

La première chose à dire, c’est que ce n’est pas une entité. Il y a des seniors, tous différents dans leur approche de consommateurs, leurs envies et leurs façons de vivre et cela selon leur âge, leur catégorie socio-professionnelle, le fait qu’ils sont ou non encore dans la vie active.

Selon cette étude, 1 senior de 55 à 75 ans sur 4 vit en zone rurale, 29 % sont actifs et 32 % vivent avec moins de 2000 € par mois par foyer. Voilà de quoi pulvériser l’image du senior nanti !

Les seniors sont heureux

Ils sont 77 % à être satisfait de leur vie, et cette proportion passe même à 84 % pour les 65-75 ans, preuve que l’arrêt de l’activité fait du bien au moral.